Le 1er réseau 5G en Belgique ! Coup de pub de Proximus ?

Le 1er réseau 5G en Belgique ! Coup de pub de Proximus?

Le 31 mars, Proximus annonçait « le premier lancement public d’un réseau 5G en Belgique (…) la première offre commerciale avec 5G illimitée sur le marché belge (…) le tout 1er appareil compatible avec notre réseau 5G ».

Plusieurs médias se sont dit étonnés de l’annonce car rien n’est prêt au niveau légal et administratif. Quant aux villes et communes concernées, elles n’ont pas été consultées et grincent des dents.

Qu’en est-il ?

Les licences 5G ne sont pas attribuées

Le 31 janvier 2020, l’Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBTP) invitait les opérateurs intéressés par des droits d’utilisation provisoires dans la bande 3600-3800 MHz (celle de la 5G), à introduire leur candidature.

A la suite de quoi, cinq candidatures ont été jugées recevables (Cegeka, Entropia Investments BVBA, Orange Belgium, Proximus et Telenet Group) et une consultation publique est en cours jusqu’au 21 avril.

De la 5G sur le réseau 3G

Proximus ne dispose donc pas des droits d’utilisation de la bande réservée à la 5G. Mais, qu’à cela ne tienne, l’opérateur utilisera certaines fréquences inutilisées de la 3G pour délivrer de la 5G.

En réalité, il s’agirait d’un réseau 5G « light » qui -dans le meilleur des cas- ne serait que 30 % plus rapide que l’actuel réseau 4,5G de l’opérateur. Très loin de la technologie 5G qui promet un débit 10 fois plus élevé.
La technologie 4G offre un débit de 0,1 Gbps contre 1 Gbps pour la 4,5G et 10 Gbps pour la 5G (Proximus annonce 3 Gbps).

Ainsi, la 5G pourrait être 10 fois plus rapide que la 4,5G et 100 fois plus que la 4G.

Le consommateur doit-il investir dès à présent ?

Le site web commercial de Proximus annonce fièrement que l’opérateur « lance le 1er réseau 5G de Belgique ».

L’offre « Mobilus 5G unlimited » à 50€ par mois a l’air alléchante et pour aider à la prise de décision l’opérateur confirme que l’abonnement permet de surfer en Belgique sur le réseau 5G. Il y aurait toutefois une restriction matérielle : « la fréquence de la 5G est différente de celle de la 4G vous avez donc besoin d’un smartphone compatible qui puisse supporter ces vitesses ». Ainsi, pour profiter pleinement de la 5G, Proximus propose le « Find X2 Pro 5G », un smartphone à 1.200€. Et ceux qui n’auraient pas les moyens de se l’offrir peuvent l’acquérir pour 599€ à condition de souscrire un abonnement.

Les sceptiques poursuivront leurs recherches sur le net et trouveront l’accès aux informations du “groupe” Proximus. Ils visionneront la conférence de presse du 31 mars, consulteront les pages du site et découvriront la carte de couverture extérieure du réseau 5G.

Après des heures de recherches et d’analyses, ils seront en mesure de répondre à la question :

est-il opportun d’investir pour bénéficier d’une technologie seulement 30 % plus rapide, accessible sur seulement 1 à 2 % du territoire belge et exclusivement en extérieur ?

Une sondage lancé le 2 avril par le Vif, auquel ont participé 5.196 personnes en 24 heures, montre que 88 % des sondés émettent des craintes par rapport au développement de la 5G en Belgique. Parmi eux, 3 sur 4 émettent un non catégorique et 10 % attendent un consensus scientifique plus large qu’aujourd’hui avant d’éventuellement se prononcer favorablement.
Proximus ne déployera pas son « réseau 5G » à Bruxelles compte tenu des normes d’émission plus strictes.

Les villes et les communes wallonnes ne sont pas un terrain de jeu

Tandis que la bourgmestre de Wavre se dit « scandalisée d’être mise devant le fait accompli », Profondeville insiste sur « le strict respect du nécessaire débat démocratique sur la question de ses bénéfices au regard de l’intérêt général et de son impact sur notre santé et notre environnement. »

« Notre ville n’est pas un terrain de jeu » entend t-on du côté d’Ottignies-Louvain-la-Neuve où la ville « fait savoir à Proximus qu’elle ne souhaitait pas que la 5G soit déployée sur son territoire sans consultation préalable de la population ».

Quant au bourgmestre d’Yvoir, il a tenu à réagir fermement sur le site de la commune : « Compte tenu des implications potentielles d’une telle mesure en termes de santé publique, je ne puis, en tant que bourgmestre, que m’insurger quant à la manière dont une telle opération a été menée. »

Du côté de Braine-l’Alleud, le bourgmestre confirme que personne ne l’a prévenu du lancement de la 5G dans sa commune.
Est-il opportun en pleine crise sanitaire, au moment où notre économie s’effondre, en cette période de faillites massives et de pertes d’emplois sans précédent, d’encourager l’endettement des familles et de promouvoir une technologie dont nul ne connaît l’impact sur l’environnement ?
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Montrez tous les commentaires