Le monde change, les citoyens aussi

Le monde change, les citoyens aussi

(source : Mouvement Citoyen de Sprimont (*))

Dans le zoning de Damré, à proximité de la sortie d’autoroute, les entreprises ELOY, UHODA et SPRIMOGLASS se sont unies pour construire une nouvelle station-service avec shop.
Non seulement il en existe déjà 6 dans un rayon de 2,5 km, mais le projet prévoit également un car et truck wash.

Les citoyens s’y sont opposés et ont gagné : le permis a été retiré.

(*) Le Mouvement Citoyen de Sprimont (MCS), avec ses 5 conseillers communaux, représente la deuxième force politique à Sprimont

3.900m³ d’eau par an pour … laver des véhicules

Les Sprimontois sont favorables au développement économique et ils sont fiers de leurs entreprises. Mais ils veulent également préserver le caractère rural de leur commune et ils estiment que les promoteurs ne sauraient ignorer l’impact du projet sur son environnement et négliger la société dans laquelle il souhaite s’implanter.

Comme le souligne le MCS, “quand on veut extraire jusqu’à 3.900m3 d’eau par an, dans une commune soumise aux restrictions sur l’eau, pour laver des voitures, et qu’on ne tient pas compte des nuisances créées, de la sécurité, de la mobilité -déjà problématique et qui risque de s’aggraver-, de l’impact sur les commerces avoisinants, … cela relève d’une conception dépassée”.

Il était une fois ...

Autrefois, il était monnaie courante de sacrifier une friche industrielle -alors que les terres sont rares- au bénéfice du seul développement économique et du profit. Intégrer dans l’étude de faisabilité de ce type de projet, les besoins sociaux, économiques, démographiques, énergétiques, environnementaux, ainsi que la problématique de la mobilité de la collectivité n’était pas vraiment dans le vent.

Mais, nous sommes au 21ème siècle et, pour reprendre les termes du MCS, “les entreprises se développent en tenant compte de l’intérêt général. Elles doivent développer des projets qui permettent à la Wallonie de se tourner vers l’avenir”.

Malgré de nombreux avis négatifs, bénéficiant du soutien de l’intercommunale SPI+,
les promoteurs ont obtenu le permis.

C’était sans compter sur la mobilisation des Sprimontois

Des Sprimontois, mécontents et incrédules face à ce projet, soutenus par le MCS, se sont unis pour introduire un recours auprès de la Région wallonne. Beaucoup leur ont dit « ça ne sert à rien ». Le Collège communal (MR-PS) lui-même estimait que l’investissement en temps était inutile.

Et pourtant… ils ont gagné ! Le permis a été retiré.

L’arrêté du Ministre Di Antonio qui retire le permis souligne plusieurs illégalités dont la plus importante est l’interdiction d’affecter le terrain à ce genre d’activité. Le ministre est également conscient que le projet n’a pas de sens, qu’il n’a pas pris en compte l’intérêt général et que l’eau ne peut être gaspillée.

Mais voilà… des bruits courent que ces entreprises vont redéposer une demande de permis. Toujours soutenues par l’intercommunale SPI+ qui ne comprend pas la position du Ministre.

L’intercommunale SPI+ aurait-elle raté son virage vers le nouveau millénaire ?

Assurer la prospérité de la Wallonie dont le territoire est un patrimoine commun de ses habitants.

Le Code du Développement Territorial nous apprend que “Le territoire de la Wallonie est un patrimoine commun de ses habitants et que son objectif est, avec la contribution des habitants et des acteurs publics et privés, (…) d’assurer un développement durable et attractif du territoire “. Un développement qui, toujours selon le CoDT, “(…) rencontre ou anticipe de façon équilibrée le besoins sociaux, économiques, démographiques, énergétiques, patrimoniaux, environnementaux et de mobilité de la collectivité, en tenant compte, sans discrimination, des dynamiques et des spécificités territoriales, ainsi que de la cohésion sociale” .

De son côté, monsieur Jacques Crahay, Président de l’Union Wallonne des Entreprises, estime que “seule une activité économique sociétalement et environnementalement soutenable aboutira à assurer, pour nos générations futures, la prospérité de la Wallonie (…) Nous assistons à la fin d’une ère, d’un modèle de société et de son développement qui a duré au moins les 200 dernières années. Nous sommes en train de vivre un moment très particulier de l’humanité !” (**)

L’intercommunale SPI+ comprend t-elle la législation applicable pour
son métier de base: le développement économique ?

Les Sprimontois, quant à eux, ne ferment pas pour autant la porte aux promoteurs. Le MCS explique : “Nous avons rencontré Monsieur Eloy et nous savons qu’il est attaché à sa région. Il nous a laissé entendre qu’il pourrait trouver des alternatives à ce projet, nous sommes prêts à les entendre et à concevoir ensemble un projet responsable”.

Quelle sera la suite ? Les promoteurs introduiront-ils une nouvelle requête pour l’obtention d’un permis
ou ensemble avec les citoyens trouveront-ils une alternative à ce projet ?

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Montrez tous les commentaires